Composition du lait de jument bio


La jument, bien qu’herbivore, (elle devrait, à ce titre, faire partie des ruminants) ne possède qu’un estomac, comme l’Homme. Elle fait donc partie du groupe des MONOGASTRIQUES.

Et la composition de son lait, de ce fait, se rapproche très fort de celle du lait de femme.

Le lait de jument a une saveur sucrée, un léger goût de noisette/noix de coco, on peut même y détecter des parfums de fleurs (luzerne entre autres.) Il est très agréable à boire et très léger.

Ce lait est dit « albumineux » et renferme surtout des protéines solubles (albumines et globulines). Mais c’est la faible valeur du coefficient caséine/albumine, associée à la forte concentration d’albumine, qui confère au lait de jument sa très grande digestibilité.

Son action reconnue sur la flore intestinale s’explique par sa grande richesse en acides aminés essentiels dont les principaux sont proline, glutamine (régénération de la muqueuse intestinale), sérine, aspargine, leucine, lysine, cystine (désintoxication du foie) cystéine,  tryptophane (qui, en synergie avec l’alpha-lactalbumine, améliore l’humeur et régule les apports nutritionnels sucrés), lactoferrine (anti-microbien) et taurine. Quant au lysosyme (agent anti-microbien puissant) il représente 11% des protéines solubles ! Cette enzyme, (présente dans la salive et les larmes) diminue très fortement après un traitement antibiotique ou en cas de carence en vitamine A.

Le sucre du lait de jument est le lactose, (sous la forme beta qui ne déclenche pas d’allergie). Il a un taux voisin de 7%, comme dans le lait de femme : il est le seul fournisseur de galactose, essentiel à la construction du cerveau, au développement du système nerveux, à la bonne santé de nos cellules musculaires et intestinales et au maintien d’une glycémie stable. La lactase déshydrogénase, présente dans le lait de jument, en favorise l’assimilation.

Le lait de jument est un lait faiblement calorique, et donc, peu gras. Sa part lipidique est cependant composée de très bonnes graisses, puisqu’on y trouve surtout des acides gras polyinsaturés (C18 :2 et C18 :3)= les fameux oméga 3 et 6 : l’ac.linolénique et l’ac.linoléique

Ces acides gras sont essentiels, c’est-à-dire que notre organisme qui est incapable de les synthétiser, nous oblige à les trouver dans notre alimentation.

Le lait de jument contient également des acides gras libres et des phospholipides (rôle important au niveau de l’acuité oculaire et de la concentration intellectuelle).

Le lait de jument est également riche en minéraux : calcium, potassium, phosphore, sodium et magnésium.

Le calcium, en grande partie sous forme ionique, et donc directement disponible et assimilable, est très bien valorisé grâce à un rapport phospho-calcique égal à 2 (2 parts de calcium pour une part de phosphore). Comme dans le lait de femme : cette valeur représente l’équilibre idéal pour une assimilation optimale du calcium chez l’enfant. Le lait de jument est riche en vitamines. On y trouve des vitamines liposolubles : vitamine A, vitamine E (rôle anti-oxydant), vitamine D (indispensable à la minéralisation osseuse), des vitamines hydrosolubles : vitamine C naturelle (10 fois plus élevée que dans le lait de vache),elle permet la synthèse du collagène et protège les membranes cellulaires des dommages oxydatifs. Vitamine B12 (nécessaire à la formation de globules rouges, à la synthèse des nucléotides et des protéines), des folates (régénération cellulaire, …), vitamine B6, et toutes les autres du groupe B… etc.

Les oligo-éléments, fer, zinc, cuivre et magnésium sont également très présents. Enfin les enzymes (6.4 g/l) se trouvent en grand nombre dans le lait de jument : LA LDH, l’amylase, la phosphatase et le co-enzyme Q10 (sous la forme ubiquinol) au puissant effet anti-oxydant .

Toute cette richesse agit en synergie et fait du lait de jument une valeur sûre  indispensable à la vitalité et au bien-être pour les mono-gastriques que nous sommes.


AB
cosmebio
ecocert
eurobio
MIF

logo-parc-vosges

earth

assaf

4logo